Tendances des solutions mobiles en milieux académique et hospitalier

J’en suis à la troisième semaine de Get Mobilized, le programme d’auto-formation offert gratuitement par la MLA. Après une introduction aux ressources mobiles et une revue générale des types d’applications mobiles, nous entrons cette semaine dans le vif du sujet avec le module Mobile trends and issues in academic &hospital environments. Si vous êtes peu familier avec les possibilités d’utilisation des technologies mobiles dans le domaine de la santé, je vous encourage à prendre quelques minutes pour explorer ce module! Autrement, voici un court résumé.

  • Usage clinique: Les professionnels de la santé utilisent de plus en plus leur téléphone cellulaire ou des tablettes numériques comme l’iPad pour accéder à de l’information médicale et aux dossiers médicaux de patients. Il est donc possible de faire des suivis de patients en direct, comme suivre l’évolution des signes vitaux, sans être au chevet même du patient. Voir par exemple l’interface mobile en implantation à l’hôpital d’Ottawa: Adaptiv Clinical Viewer. Un avantage: comme les médecins ont moins de formulaires papier à remplir, ils ont plus de temps pour discuter avec leurs patients. Le téléphone intelligent peut également devenir lui-même un instrument médical, grâce à des applications comme CPR Pro, qui permet d’appliquer la technique de RCR à la bonne fréquence et à la bonne intensité.
  • Enseignement: Plusieurs facultés de médecine recommandent l’utilisation des technologies mobiles ou fournissent carrément des iPad aux étudiants dès le début de leur parcours académique. Voici par exemple des résidents qui utilisent l’iPad lors de leurs tournées.

  • Outils pour les patients: Plusieurs applications permettent une prise en charge par le patient de différents aspects de sa santé: compteurs de calories, journal de bord d’activité physique… Des hôpitaux utilisent la réalité augmentée pour aider les patients à se diriger vers le lieu de leur rendez-vous, ou encore leur fournissent des portables pour qu’ils puissent communiquer avec leurs proches via Skype.
  •  Bibliothèques: nous pouvons surfer sur la vague mobile de plusieurs manières, dont:
    • Répertorier les applications utiles dans un guide en ligne (un projet pour moi);
    • Ajouter des versions mobiles de contenus électroniques à nos collections;
    • Prêter des tablettes et lecteurs numériques à nos usagers;
    • Donner du soutien en bibliothèque pour les technologies mobiles;
    • Former les usagers aux technologies mobiles;
    • Créer une version mobile de notre site Web;
    • Offrir de la référence par clavardage.
  • Confidentialité: Plusieurs s’inquiètent, à juste titre, que des personnes non autorisées puissent accéder à des données confidentielles via des appareils mobiles. Ceux-ci devraient au minimum être sécurisés au moyen de mots de passe et être protégés contre les virus informatiques. Quant à la transmission des données de santé des patients, le module présente les règlements américains en vigueur. Au Canada, consultez les sites d’Inforoute Santé Canada et du Dossier de santé du Québec pour une description des normes utilisées et de l’encadrement juridique du DSQ. Une recherche avec le mot-clé « iPad » sur ces sites ne m’a pas permis de trouver de recommandations quant à leur usage en milieu hospitalier… À venir avec l’implantation du DSQ, je présume!